CDI

INGÉNIEUR DE RECHERCHE EN ENVIRONNEMENT POUSSIÈRE LUNAIRE (H/F), Toulouse

Publié il y a 2 mois par Onera
Toulouse, Occitanie, France
Je postule

Je crée mon compte

Je souhaite que mon CV soit visible pour les recruteurs afin qu'ils puissent me contacter directement

Description du poste

Présentation de l’ONERA

L’ONERA, acteur central de la recherche aéronautique et spatiale, emploie plus de 2000 personnes. Placé sous la tutelle du ministère des Armées, il dispose d’un budget de 266 millions d’euros (2022), dont plus de la moitié provient de contrats d’études, de recherche et d’essais. Expert étatique, l’ONERA prépare la défense de demain, répond aux enjeux aéronautiques et spatiaux du futur, et contribue à la compétitivité de l’industrie aérospatiale. Il maîtrise toutes les disciplines et technologies du domaine. Tous les grands programmes aérospatiaux civils et militaires en France et en Europe portent une part de l’ADN de l’ONERA : Ariane, Airbus, Falcon, Rafale, missiles, hélicoptères, moteurs, radars… Reconnus à l’international et souvent primés, ses chercheurs forment de nombreux doctorants.

Présentation du département

Le Département Physique, Instrumentation, Environnement, Espace (DPHY) de l’ONERA conçoit des instruments innovants et évalue certains environnements aérospatiaux et leurs conséquences sur les systèmes embarqués. Il développe en particulier des instruments inertiels pour le guidage-navigation, la géodésie ou la physique fondamentale (à base de micro technologies, électrostatique ou interférométrie atomique), des méthodes de caractérisation métrologique des écoulements ou des plasmas (à base de spectroscopie optique, d’OPO, LIDAR, photo acoustique…) ainsi que des sources de plasma comme les propulseurs satellitaires électriques. Il étudie la foudre et son impact sur les aéronefs ainsi que l’environnement spatial, ses effets sur les matériaux et composants électroniques, ou la charge électrostatique et la contamination des satellites qui en résultent.

L’unité CSE (Couplage Satellite/Environnement) étudie en particulier les effets liés à l’environnement spatial primaire (environnement plasma ou radiatif) ou secondaire induit par le satellite lui-même (désorption de composés organiques, érosion, émission d’électron, …) dans le domaine civil et de défense. Ces effets observés en vol et au sol peuvent être de charge électrostatique sur le satellite, les effets induits par cette charge, la dégradation des propriétés électriques des matériaux ou la dégradation des propriétés optiques. Pour réaliser ces études, l’unité dispose de moyens d’essai et de personnels spécialisés, mais aussi de moyens de simulations multiphysiques.

 

 

Missions

Avec l’essor des projets de missions robotiques et habitées vers la surface de la Lune, la problématique des poussières lunaires devient un enjeu majeur. Ces poussières adhèrent à tous types de surface et causent des effets néfastes en termes de santé des astronautes, dégradation des combinaisons spatiales et des mécanismes ou encore modification des propriétés thermo-optiques. Depuis une dizaine d’année, l’unité CSE s’est spécialisée dans la compréhension des mécanismes physiques régissant la charge et l’adhésion des poussières en développant des outils numériques et expérimentaux. Ces moyens sont utilisés pour concevoir et tester des instruments et des dispositifs de protection, au travers de plusieurs partenariats à l’échelle Européenne.

Le poste s’inscrit principalement dans le cadre d’un projet financé par l’Union Européenne sur la thématique du chargement électrostatique et de la détection des poussières lunaires, à la fois sur des aspects théoriques, expérimentaux et numériques. Il s’agit d’adapter le moyen de test DROP et de tester des détecteurs de poussières en simulant l’environnement lunaire (poudres présentant des caractéristiques proches des poussières lunaires, faisceau d’électrons et source VUV, …). La simulation numérique avec le logiciel SPIS-Dust permettra de détailler la conception des détecteurs, de valider le dispositif et d’anticiper son comportement en environnement lunaire.

Le candidat participera également aux études pour les agences et industriels du secteur dans les domaines suivants : adhésion et transport des poussières, modifications des propriétés thermo-optiques, simulation de l’environnement lunaire dont la gravité réduite.

Ce poste fera l’objet d’un Contrat de Projet ou d’Opération de Recherche d’une durée minimale de 24 mois pour le projet UE DUSTER.

Profil

  • Docteur en physique des matériaux ou physique des plasmas ;
  • Compétences en interaction rayonnement matière, physique de la charge électrostatique et transport de microparticules en environnement spatial ;
  • Expériences en caractérisation de propriété électrique des matériaux, expérimentation en enceinte à vide et manipulation de poussières lunaires sont un plus ;
  • Une excellente pratique de l’anglais, écrite et orale, est nécessaire compte tenu du contexte de travail international.

Intégrer l’ONERA, c’est rejoindre le premier acteur de la recherche aéronautique et spatiale en France, c’est construire le futur dès à présent, c’est innover chaque jour dans un secteur de pointe.

À l’ONERA, vous trouverez un équilibre vie professionnelle/vie personnelle et un environnement favorisant la formation continue des collaborateurs.

Notre entreprise s’engage dans une politique en faveur de l’intégration et du maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap.

 

Il y a 2 mois
Je postule

Je crée mon compte

Je souhaite que mon CV soit visible pour les recruteurs afin qu'ils puissent me contacter directement